Guide alimentaire sain pour les femmes enceintes !

par | Août 7, 2022 | Grossesse | 0 commentaires

Les recherches sur la nutrition et l’alimentation ont démontré l’impact positif significatif d’un plan alimentaire équilibré pour les femmes enceintes. Un guide d’alimentation saine pour les femmes enceintes est important pour les femmes enceintes.

En effet, l’état nutritionnel et le régime alimentaire de la mère ont une incidence directe sur sa santé et celle de l’enfant. C’est le moment idéal pour revoir ses habitudes alimentaires.

Une alimentation équilibrée pendant cette phase du développement physiologique de la femme est le meilleur moyen de prévenir les naissances prématurées et d’autres problèmes liés au développement du nourrisson, tels que la réduction de la taille ou du poids, une diminution de la résistance aux infections, etc.

Si l’on ne peut pas empêcher certains problèmes héréditaires (hémophilie ou phénylcétonurie), on peut en revanche améliorer une mauvaise alimentation. Il est bien connu que la malnutrition et/ou les carences peuvent entraîner des changements pendant la grossesse, tels que des naissances et des avortements prématurés, des malformations fœtales, etc. Tout cela contribue à rendre nécessaire la garantie d’un état nutritionnel sain pendant une grossesse normale.

L’évaluation de l’état nutritionnel doit être effectuée par un médecin qui suit le processus de grossesse avec le nutritionniste de la profession (diététicien nutritionniste).

Les experts suggèrent que les circonstances suivantes pourraient altérer l’état nutritionnel des mères : les conditions économiques de privation, une troisième grossesse en moins de 2 ans (les réserves maternelles sont épuisées et il est difficile pour le corps d’une femme de ne pas être affecté par l’un des éléments suivants : anémie, décalcification et ainsi de suite…). Surveillance de l’alimentation d’une grossesse thérapeutique : mauvaises habitudes alimentaires, consommation d’alcool, de tabac à priser ou d’autres substances, perte de poids en début de grossesse, maladies annexielles, grossesse gémellaire et grossesse à l’adolescence.

Cette dernière nécessite plus que celles du stade de jeune adulte de continuer à grandir et d’établir une sorte de compétition entre le fœtus et la mère pour obtenir les nutriments essentiels nécessaires à son développement.

En général, les directives diététiques pendant la grossesse sont conçues pour atteindre les objectifs suivants :

  1. La couverture alimentaire de la femme enceinte.
  2. Satisfaire les besoins nutritionnels dus à la croissance du tissu fœtal.
  3. Préparer votre corps à mieux faire face à la naissance d’un bébé.
  4. Assurer des réserves de graisse pour la production de lait lors de la future lactation.

Pendant la grossesse, le corps d’une femme subit des changements qui l’impactent physiquement ou psychologiquement. Par conséquent, l’effort biologique nécessaire pour accomplir cette tâche est plus élevé.

Le développement d’un nouveau bébé est déterminé par une série d’exigences imposées à la mère, parmi lesquelles la nourriture, qui doit répondre aux besoins nutritionnels de la mère et de l’enfant à naître.

La journée moyenne d’une femme (non enceinte) est d’environ 2000 calories. Au cours des premiers stades de la grossesse, la quantité de calories consommées doit se situer entre 2200 et 2000 calories par jour. Au fur et à mesure de la grossesse, les besoins de l’enfant augmentent et la quantité de calories consommées par la mère pourrait atteindre 2 600 à la fin de la grossesse. Comme le niveau d’activité de la mère est moins élevé, il est essentiel d’augmenter l’apport calorique.

La quantité de calories consommées et la qualité de celles-ci, et avec la prise de poids de la mère.

Le surpoids peut causer des problèmes comme des douleurs aux pieds, au dos, aux jambes, le cœur doit fournir plus d’efforts, il est moins souple et plus sensible aux accidents, une prise de poids n’est pas nécessairement un bébé plus grand et en bonne santé, mais elle peut causer plus de problèmes pour le travail et d’autres questions au sein de la mère après la naissance.

On estime que la prise de poids totale pendant la grossesse est de 10 à 12 kg, répartis plus ou moins de la manière suivante :

  1. Poids du bébé : 3,500 Kg
  2. Poids du placenta 0,500 Kg
  3. Poids du liquide amniotique 1,000 Kg
  4. Le poids du tissu utérin en 1,000 Kg
  5. Le poids du tissu mammaire 1,000 Kg
  6. Le poids de l’eau et 3.000 Kg de graisse qui est retenue
  7. TOTAL 10,000 kg

Le régime alimentaire que vous suivez pendant la grossesse est un élément crucial pour la bonne formation et la croissance de l’enfant. De nombreuses études montrent le lien entre le régime alimentaire d’une mère enceinte et la santé et le développement de son bébé. La relation unique entre le régime alimentaire d’une mère et le développement neurologique de son enfant. Par exemple, il est bien connu qu’un régime déficient en acide folique peut provoquer des problèmes au niveau de la moelle épinière.

Il a également été prouvé que la nutrition est également liée au développement de la grossesse. Par exemple, une alimentation inadéquate peut entraîner des complications comme la prééclampsie ou l’anémie pendant la grossesse. En outre, bon nombre des symptômes inconfortables qui peuvent être ressentis pendant la grossesse, comme la constipation, la fatigue ou les crampes, peuvent être soignés grâce à un régime alimentaire approprié. En particulier, le stress pendant la grossesse est nuisible à la fois pour le bébé et pour la mère.

Lire aussi :   5 avantages à préparer de la nourriture pour bébé à la maison

Voir aussi : Le stress pendant la grossesse 10 conseils pour gérer le stress !

S’alimenter correctement

La santé nutritionnelle est essentielle pour éviter le travail prématuré et l’équilibre émotionnel, et la récupération du corps après l’accouchement.

C’est pourquoi il est crucial de s’alimenter correctement pendant la grossesse, et il vaut la peine de respecter les exigences nutritionnelles suivantes :

  1. Chaque repas est conçu pour assurer la sécurité du nourrisson.
  2. Prenez vos calories dans des aliments qui vous nourrissent vraiment.
  3. Ne jeûnez pas et n’éliminez pas de repas. Choisissez des aliments riches en protéines et pauvres en graisses.
  4. Optez pour des produits alimentaires frais et naturels plutôt que des produits transformés.
  5. Bien que les glucides soient une source de graisse, ils doivent être supprimés de votre alimentation.
  6. Limitez votre consommation de sucre raffiné.
  7. Il est facile de maintenir un régime alimentaire optimal lorsqu’il est suivi par l’ensemble du foyer.

Les calories en seconde période de gestation

Il est vrai que les mères doivent consommer plus de calories qu’avant la grossesse pour nourrir et élever leur bébé, il est également vrai que les besoins des nourrissons pendant les premières semaines de la grossesse sont faibles et peuvent être satisfaits par une légère augmentation de l’apport calorique. Au cours du premier trimestre de la grossesse, une consommation supplémentaire de 300 calories par jour est suffisante pour répondre à ces besoins.

Il n’est pas pratique de noter chaque calorie consommée en mangeant, les aliments que vous choisissez doivent être basés sur les huit principes fondamentaux, puis pesés chaque semaine à l’aide d’une balance appropriée afin de s’assurer que votre prise de poids reste aussi régulière que possible, sans chute brutale ni augmentation soudaine. Pour ce faire, il est essentiel de se peser de la même manière et dans des conditions similaires, par exemple le matin, après un nettoyage intestinal et nu.

Au cours du premier trimestre de la grossesse, l’augmentation de poids doit se situer entre 1,400 kg et 1,800 kg. Puis, 400 à 500 grammes par semaine du deuxième trimestre jusqu’au 8ème mois. Tout le neuvième mois devrait peser entre 400 et 500 grammes.

Ainsi, la prise de poids de la femme enceinte devrait se situer entre les valeurs suivantes :

  1. 1,4 à 1,8 kg au premier trimestre
  2. 5,5 à 6,5 kg au deuxième trimestre
  3. 3,5 à 4,5 kg au troisième trimestre
  4. 10,4 à 11,8 kg au total

Ces chiffres représentant une estimation approximative, nous pensons qu’il s’agit d’une augmentation de poids acceptable et sûre entre 11 et 16 kg pendant la période de gestation. Cependant, certaines femmes ont des besoins particuliers, comme celles qui commencent leur grossesse avec une très faible prise de poids ou un excès de poids, ou qui ont des naissances multiples Vous prendrez ou perdrez du poids en fonction de vos besoins et vous devriez être en mesure de suivre de près la croissance du poids.

Si une femme enceinte est capable de maintenir sa prise de poids dans les limites indiquées, vous mangerez la bonne quantité de calories même si la prise de poids est plus importante car elle consomme trop de calories, et dans le cas contraire, vous mangerez moins que ce qui est nécessaire.

Chaque composant alimentaire et ses fonctions pendant la grossesse

Protéines

Les protéines sont essentielles au développement et à la croissance du nouveau-né. Chaque femme enceinte devrait consommer environ 100g de protéines par jour, soit environ quatre portions.

Vitamine C

La vitamine C est vitale pour divers processus métaboliques, cependant le corps ne peut pas la stocker, c’est pourquoi tous les humains devraient en consommer tous les jours, en préférant consommer des aliments riches en vitamine, frais et non cuits.

Le calcium principal et l’élément fondamental

Le calcium est un minéral essentiel qui est indispensable à de nombreuses fonctions de l’organisme. Il est indispensable au développement et au bon fonctionnement des muscles, du cœur et des nerfs, à la coagulation du sang, aux enzymes et à d’autres activités.

Les enfants en pleine croissance ont besoin de beaucoup de calcium pour conserver des os solides et des dents saines. Il en va de même pendant la grossesse. La croissance accélérée du fœtus nécessite une quantité importante de calcium.

Si ces ressources minérales vitales ne suffisent pas, le nourrisson prélève des fragments d’os sur sa mère afin de satisfaire ses besoins et dirige sa mère à souffrir d’os fragiles (ostéoporose).

Lire aussi :   Certains des changements physiques et émotionnels que vous pouvez ressentir en tant que future mère

C’est la principale raison pour laquelle les femmes enceintes doivent compléter leur alimentation avec du calcium, mais il existe une autre raison pour laquelle elles devraient boire beaucoup de lait (ou compléter le calcium de différentes manières). Selon une étude menée récemment, l’apport en calcium peut aider à prévenir l’hypertension gestationnelle (prééclampsie) et, par conséquent, de nombreux problèmes obstétriques et néonatals qui peuvent être présents.

Pour y parvenir, il est conseillé à chaque femme de consommer 1 200 mg par jour pendant l’allaitement et la grossesse, par exemple quatre portions d’aliments riches en calcium, le plus souvent sous forme de lait.

Pour ceux qui ne veulent pas boire quatre verres de lait par jour, il existe des alternatives. Par exemple, le lait peut être consommé sous forme de fromage, de yaourt ou de fromage blanc. Vous pouvez également le dissimuler dans des ragoûts, des soupes, du pain, des céréales, du pain ou des desserts. C’est particulièrement simple lorsqu’il est consommé sous forme de lait écrémé en poudre. Si vous êtes enceinte et préférez le lait liquide, vous pouvez augmenter la teneur en calcium en ajoutant 1/3 de tasse de lait sec écrémé.

Pour les personnes qui sont allergiques aux produits laitiers ou qui ne peuvent pas en consommer, le calcium peut être obtenu par d’autres sources. Si vous n’êtes pas certain de tirer suffisamment de calcium de votre alimentation (comme les végétariens ou les personnes souffrant d’intolérance au lactose), il peut être conseillé de prendre des compléments de calcium.

Fruits et légumes

Ils sont la principale source de fibres ainsi que de vitamines, comme la vitamine A contenue dans le bêta-carotène, la vitamine C, les vitamines B, la vitamine E, l’acide folique. Ils fournissent également beaucoup de minéraux qui, avec les vitamines, sont essentiels au développement des cellules. La teneur en fibres aide à réduire la constipation.

Toutes les femmes enceintes devraient consommer trois à cinq portions de ce groupe alimentaire.

Céréales et légumes

Il est recommandé de consommer cinq portions de céréales, telles que l’orge, le blé, le maïs, le riz, le seigle, le riz et le soja. Les céréales raffinées, cependant, bien qu’elles soient une bonne source de protéines, de minéraux et de vitamines, les femmes enceintes pourraient les obtenir en mangeant des légumes et des céréales frais.

Fer

Dans presque tous les fruits, légumes, céréales complètes et produits animaux, il y a de minuscules quantités de fer. Cependant, le bébé est enceinte et a besoin de quantités importantes de ce minéral. Il est donc recommandé de consommer des aliments riches en fer comme le foie et les abats, les sardines et les légumes à feuilles comme le cresson, les épinards et les légumineuses (pois chiches et lentilles, haricots).

Il peut être difficile d’absorber tout le fer nécessaire au bébé et à la femme enceinte par le biais de son alimentation. À partir du deuxième trimestre, votre médecin pourra vous suggérer des suppléments de fer. Il est recommandé de les consommer entre les repas en buvant un jus de pomme.

Graisses

Sur les calories quotidiennes consommées par une femme enceinte, pas plus de 30 % doivent provenir d’aliments à base de graisses. Une consommation excessive pourrait entraîner une prise de poids excessive, cependant, éliminer complètement les graisses pourrait être risqué, car le bébé a besoin de leur développement.

Il faut donc faire attention à la consommation d’aliments riches en graisses, afin d’éviter une prise de poids excessive.

Le sel

Le sel n’est bon pour personne, et encore moins pour les femmes enceintes. Cependant, il n’est pas indispensable dans le régime alimentaire car il est nécessaire d’en consommer une certaine quantité pour maintenir les niveaux de fluides appropriés.

Pour consommer une quantité suffisante de sel, il est suggéré de le consommer uniquement à table, et non lors de la préparation des aliments. Limitez-en l’utilisation, mais ne le supprimez pas.

Liquides

La majorité du corps humain est constituée d’eau. Une femme enceinte doit boire beaucoup de liquides pendant deux jours.

La grossesse peut augmenter la quantité de liquides corporels et, en outre, le corps du bébé est très riche en eau, ce qui signifie que les femmes doivent également augmenter leur consommation de liquides. La production de lait dépend aussi directement du niveau d’hydratation de la mère. La composition du lait maternel est différente de la quantité de liquide consommée pendant la phase de tétée.

Boire environ 8 verres d’eau par jour permet de maintenir une bonne hydratation de la peau, de prévenir la constipation, d’éliminer les substances toxiques de l’organisme et de réduire le risque d’infections urinaires, et de produire des quantités adéquates de lait maternel pouvant répondre aux besoins de l’enfant.

Les besoins en liquides peuvent être satisfaits, mais pas seulement en buvant de l’eau. D’autres liquides comme les jus de lait, les jus de fruits ou de légumes et les soupes peuvent parfaitement combler ces besoins.

Articles en relation :