Les drogues et l’adolescence : Le quoi et le comment de la consommation de drogues chez les jeunes

par | Sep 11, 2022 | Éducation | 0 commentaires

La majorité des gens ne savent pas que les années d’adolescence sont cruciales pour la croissance. Ce sont les années où l’on tente diverses expériences et où l’on développe une grande partie de ses opinions et de ses valeurs.

L’une des choses que l’on ré-expérimente souvent est la consommation de drogues. La moitié des adolescents admettent avoir consommé des drogues légales ou illicites. Cela peut se produire lors de rassemblements sociaux, à la maison, dans l’intimité ou à l’école.

Bien que cela puisse être un problème pour certaines personnes, la nature de ces drogues suggère que la dépendance représente un risque important.

Heureusement, vous pouvez aider votre enfant à rester à l’écart des substances les plus nocives et qui créent une dépendance. En étant ouvert avec votre adolescent, vous pourrez influencer sa façon de penser et de se comporter lorsqu’il est en présence de drogues.

Toutefois, cela peut constituer un défi pour les tuteurs, les parents ou les enseignants. De nombreux lecteurs considèrent encore la dépendance et la consommation de drogues de manière défavorable. Ce n’est pas une bonne façon d’ouvrir la conversation avec votre enfant sur la dépendance. Il se peut qu’il ait un point de vue différent, mais qu’il hésite à en parler par peur du jugement.

Nous avons réuni plusieurs stratégies que vous pouvez utiliser pour informer avec succès votre adolescent sur sa consommation de drogues.

Reconnaître les dangers et les éléments déclencheurs

Si de nombreux adolescents risquent d’expérimenter la consommation de substances, la recherche a mis en évidence certains aspects qui pourraient les exposer au risque de développer une dépendance. Il s’agit notamment de l’abus à la maison, des abus sexuels et du fait d’être témoin de la consommation de drogues à la maison.

Ce ne sont pas des garanties d’abus. Mais, si vous connaissez quelqu’un qui est aux prises avec l’un de ces problèmes, vous devez être traité avec respect lorsque vous parlez de drogues.

Une fois que vous avez identifié les facteurs de risque et que vous savez à quel point la consommation de drogues est répandue, vous pouvez commencer à parler à votre adolescent et lui donner quelques conseils pour rester clean.

Lire aussi :   4 événements malheureux qui peuvent montrer à vos enfants la valeur de la résilience

Comment parler de la consommation de drogues à votre adolescent ?

Encouragez et favorisez une communication honnête et ouverte

Avant de commencer à aborder le sujet de la consommation de drogues, votre adolescent doit d’abord se sentir à l’aise pour vous parler. Beaucoup de parents ou de tuteurs considèrent cela comme une évidence. Mais la raison principale pour laquelle la majorité d’entre eux sont choqués lorsqu’ils découvrent que leur enfant se drogue est qu’il n’y a pas eu d’honnêteté dans la communication.

Par conséquent, il est essentiel d’assurer à votre adolescent que vous pouvez lui parler de n’importe quoi, sans crainte d’être puni. Cela permettra d’entamer une conversation permanente sur tous les aspects de sa vie et pas seulement sur la consommation de drogues.

Ne portez pas de jugement et n’utilisez pas le réflexe de redressement .

Le “réflexe de redressement” est un terme qui a été inventé par l’entretien motivationnel ou EM. La technique de l’entretien motivationnel est utilisée pour aider à modifier le comportement des toxicomanes et d’autres groupes. La recherche a également prouvé que l’EM est l’un des moyens de communication les plus efficaces.

L’EM décrit le “réflexe de redressement” comme étant le désir de clarifier la “bonne” méthode pour faire les choses, et aussi de corriger quelqu’un. Cela provoque souvent une résistance et peut entraver le changement. Il crée également un ton de jugement, ce qui conduit de nombreuses personnes à éviter de communiquer.

Il est préférable de garder l’esprit ouvert et de se concentrer sur l’écoute. L’EM offre une variété de techniques, dont l’écoute active. Il s’agit de décrire ce que vous pensez que votre adolescent peut ressentir, puis d’essayer de cerner ses sentiments primaires et le message qu’il essaie de transmettre.

Cela favorisera une communication honnête et ouverte. Cela vous permettra également de savoir ce que votre enfant pense.

Lire aussi :   Ce que votre enfant peut faire après un diagnostic d'autisme

Créez des systèmes de soutien et de communication avec le monde extérieur

Si une communication honnête et ouverte est essentielle, elle ne peut toutefois être efficace que dans le monde extérieur. Pour vous assurer d’améliorer la relation que vous avez avec votre adolescent dans des situations extérieures, vous devez développer des méthodes pour le soutenir en dehors de la maison.

Un excellent exemple de système pouvant être utilisé pour aider votre adolescent dans des situations difficiles est le célèbre “plan X” créé par un parent. Il peut être utile pour apporter un soutien à votre adolescent même lorsque vous n’êtes pas là.

Gérer les désaccords

Lorsque vous êtes constamment en contact avec votre adolescent, il est impossible de trouver un terrain d’entente dans tous les domaines. Il est donc important de savoir comment gérer les situations qui ne vous conviennent pas.

De nombreuses personnes choisissent de se disputer, ce qui peut les éloigner encore plus d’une solution et entraîner une rupture de la relation.

Il est essentiel d’insister sur le fait que votre adolescent est responsable de ses propres choix, tout en lui faisant prendre conscience que ses choix ont un impact plus important que lui-même. Cela l’aidera à reconsidérer ses choix futurs et permettra d’instaurer plus de confiance et une relation plus forte.

Réaffirmer une relation transparente

Comme dans toute relation, il est essentiel de maintenir un canal de communication clair avec votre adolescent, ce qui signifie qu’il faut déployer autant d’efforts pour maintenir une relation ouverte et honnête avec votre adolescent que pour la construire.

Cela peut se faire par des conversations et des réunions régulières. Il peut s’agir de rencontres informelles ou de sorties au café, ou encore de rencontres organisées avec le consentement de votre adolescent.

N’oubliez pas d’impliquer votre adolescent autant que possible et veillez à ce qu’il soit à l’aise dans tous les aspects de ses interactions avec vous. Vous éviterez ainsi tout ressentiment ou rupture de la relation par la suite.

Articles en relation :