Les parents doivent-ils être autorisés à donner la fessée à leurs enfants ?

par | Oct 26, 2022 | Éducation | 0 commentaires

Quand j’étais enfant, mes parents ne m’ont jamais giflé. Je suis sûr que c’est arrivé à l’occasion, mais j’étais si bien élevé que ce n’était pas nécessaire. Ma sœur était la pire et c’est à ce moment-là que mes parents ont appris comment discipliner leurs enfants.

(Amber, je ne plaisante pas)

J’ai réfléchi à la question de savoir si les parents devraient être autorisés à donner la fessée à leurs enfants ? Existe-t-il une méthode pour ne pas donner la fessée à un enfant sans lui causer de dommages permanents ?

Ce débat dure ou, à tout le moins, mijote depuis longtemps. J’ai donc décidé de m’impliquer et de découvrir l’opinion d’autres parents et psychologues sur les conséquences de la fessée sur un enfant.

Voici ce qu’ils ont à dire…

Comment donner la fessée/doit-on donner la fessée aux enfants ?

Gert Mikkal, Fondateur : DadProgress

Bien que je ne battrais jamais mon enfant dans certaines circonstances, je comprends le besoin de certains parents de recourir à une punition physique.

L’interdiction des châtiments corporels est une mode qui s’accompagne d’histoires d’horreur d’enfants maltraités physiquement. Cependant, à mon avis, il s’agit de deux choses différentes que l’on met dans le même sac.

Je pense que les parents devraient être autorisés à discipliner leurs enfants lorsque cela est fait correctement. Les punitions physiques devraient être la seule arme dont vous disposez dans votre arsenal, et n’être utilisées que lorsque tout le reste échoue. C’est comme une bombe nucléaire, c’est la dissuasion ultime. Vous ne devez pas utiliser beaucoup de force et ne punissez pas les enfants plus âgés, car ils se souviendront de l’incident plus tard dans leur vie. J’ai entendu dire que j’ai été giflé lorsque j’ai cassé un vase coûteux malgré des avertissements répétés. Je ne me souviens pas de l’incident et cela ne me dérange pas du tout.

Mon aversion pour la prévention des châtiments corporels vient de l’idée qu’elle accorde à l’État un contrôle trop important sur la vie des individus. J’ai vécu en Finlande où les fonctionnaires de l’État ont tout pouvoir pour “protéger” les enfants de leurs parents. J’ai entendu parler de parents qui sollicitaient des professionnels de la garde d’enfants auprès de leurs voisins indésirables. Ceux-ci surveilleraient et évalueraient alors la vie quotidienne de leur famille. Tout cela m’a semblé très orwellien, malgré une cause opportune.

La violence et les abus physiques envers les enfants ne devraient pas être acceptés. Cependant, interdire les châtiments corporels de quelque manière que ce soit simplifie la question, donne aux parents un puissant moyen de dissuasion et ouvre la voie à l’intrusion de l’État dans nos vies privées.

Merci d’avoir lu mes pensées, Crystal. Nous cherchons souvent des réponses simplistes à des questions compliquées. Je ne suis pas sûre de savoir comment mettre fin aux abus corporels chez les enfants, mais refuser complètement les châtiments corporels ne me semble pas être la meilleure solution.

pour la : Matt Stratton sur Visual hunt / CC-BY-NC-ND

Samantha Radford, PhD Maman qui s’appuie sur des preuves

En plus d’avoir reçu des fessées, j’ai également été élevée dans une culture familiale qui enseignait que ne pas donner de fessées à son enfant était irresponsable et que c’était un comportement parental autorisé (épargner le bâton, récompenser l’enfant).

Le scénario idéal était de dire aux parents de ne donner la fessée que lorsqu’ils étaient calmes, afin que les enfants sachent pourquoi ils étaient punis. Mais ce n’était pas le cas pour moi. Ma mère était presque toujours en colère lorsqu’elle me donnait une fessée.

Il est clair que la fessée était un événement effrayant et stressant pour moi. Je souffre d’anxiété aujourd’hui et je pense que cela est dû en grande partie à la façon dont ma mère a réagi avec moi.

De plus, il a été difficile de sortir du personnage de la “bonne fille” qui respecte les règles. J’ai dû travailler dur pour m’affirmer puisque la désobéissance, et même le désaccord, n’étaient pas tolérés.

En toute honnêteté, je crois qu’il est préférable pour les parents de ne pas donner de fessée à leurs enfants. La fessée met les enfants en mode “combat ou fuite” ou “gel”, ce qui rend difficile leur développement (ce qui signifie qu’ils n’apprennent pas du tout la raison pour laquelle vous les avez giflés en premier lieu).

De nombreuses études ont démontré que les enfants qui reçoivent des fessées ne sont pas plus sociables à long terme et que cela augmente l’anxiété et l’agressivité chez beaucoup d’enfants.

De plus, les parents seront en mesure d’interagir avec leurs enfants avec plus de créativité lorsque la fessée n’est pas sur la table. Il est facile de gifler votre enfant lorsqu’il fait quelque chose que vous n’aimez pas, mais il faut plus de réflexion et de concentration pour résoudre un conflit avec votre enfant, déterminer la racine de son comportement et trouver une solution.

Non seulement c’est plus sûr pour vos enfants simplement parce qu’ils ne sont pas frappés avec un bâton, mais lorsque vous utilisez des méthodes alternatives de discipline, vous enseignez la résolution de problèmes et les compétences interpersonnelles à votre enfant.

Adam Smith Blogueur de voyage Adam’s Apple The World

Les tactiques disciplinaires utilisées par les parents à l’encontre des enfants sont de plus en plus controversées ces dernières années. En tant qu’enfant, je peux dire que j’ai certainement reçu de nombreuses fessées à l’aide de ceintures, de mains et même de branches d’arbres. J’étais digne de chacune d’elles que j’ai reçue.

Je crois que l’utilisation de la fessée, lorsqu’elle est utilisée en conjonction avec d’autres punitions, comme la punition, le retrait du téléphone et ainsi de suite, peut renforcer les actions que l’enfant doit suivre. Il y a beaucoup de choses que j’ai faites quand j’étais enfant et que je ne répéterais jamais.

Cependant, il y a une ligne de démarcation entre la violence physique et la discipline. La méthode employée par mes parents pour régler ce problème relevait tout à fait de la discipline, car je n’ai pas été blessé, ni contusionné, ni rien d’autre de ce genre ; c’est simplement la douleur du moment qui m’a fait regretter mes actes.

Cependant, j’ai des amis qui dépassent les bornes et blessent leurs enfants, ou même les frappent au visage, ce qui n’est pas approprié.

Dhanya G, experte en éducation des enfants et auteur : Parenting Passage

En tant que parent et fille, j’ai le même point de vue dans les deux cas. En tant qu’enfant, je peux dire en toute confiance que je n’ai jamais été giflée ou réprimandée par mes parents. Pendant mon enfance, mes parents m’ont permis d’apprendre de mes erreurs, comme nous le faisons naturellement, mais à mesure que je grandissais, ils étaient toujours capables de rationaliser avec moi. Je crois que cela m’a aidé à être plus capable d’argumenter et de communiquer mes pensées.

En tant que mère, je ne penserais jamais à utiliser la fessée sur mon fils. C’est une méthode parentale paresseuse qui donne des résultats à court terme, mais qui peut nuire à la relation parent-enfant ainsi qu’au développement à long terme de l’enfant.

Lire aussi :   15 conseils pour éduquer votre bébé

Au fur et à mesure que mon fils grandit et se développe, mon style parental changera et continuera d’évoluer. À trois ans, nous sommes actuellement dans la phase du temps mort, mais nous nous dirigeons progressivement vers le point où il est conscient que son comportement méchant a des conséquences logiques. À mon avis, la façon dont nous disciplinons les enfants reflète la façon dont ils réagissent aux difficultés et aux problèmes.

Jessica Speer, auteur

Heureusement, l’usage de la fessée est en déclin en raison de ses effets négatifs sur les enfants, notamment une augmentation de l’anxiété, du stress et de la dépression, ainsi qu’une augmentation des problèmes de comportement. À terme, les punitions physiques peuvent se retourner contre les parents, car elles incitent les enfants à riposter ou à éviter leurs parents.

Dans de nombreuses relations, les gens prennent l’habitude de réagir à certaines situations d’une certaine manière. Les parents peuvent répéter des méthodes inefficaces pour discipliner leurs enfants, car on ne leur a pas appris de méthode différente. La façon dont ils réagissent est routinière, même si elle n’est pas efficace.

Il est vrai qu’il existe des familles où les parents sont capables de répondre à leurs enfants et de fixer des limites de manière claire et calme. Les parents ressentent toujours de la colère, mais ils sont conscients de leurs sentiments pour faire une pause et prendre le contrôle de leurs propres émotions d’abord. Ils réagissent ensuite de manière à ne pas déchaîner leur colère sur leurs enfants. Les étapes énumérées ci-dessous aideront à rompre avec la vieille habitude de crier.

1. Prenez soin de votre bien-être personnel et apprenez à gérer vos émotions personnelles de manière équilibrée et saine.

L’intelligence émotionnelle est une capacité vitale, essentielle au bien-être de la famille et de soi-même, mais la majorité des parents ne la connaissent pas. De nombreux adultes d’aujourd’hui n’ont pas appris à gérer leurs émotions de manière équilibrée.

L’intelligence émotionnelle (IE) est définie comme lacapacité à prendre conscience de ses émotions, à les contrôler et à les exprimer, ainsi qu’à gérer les relations avec empathie. Au lieu de laisser les émotions devenir incontrôlables et menacer notre vie, l’IE nous aide à prendre conscience de nos émotions et à les gérer afin de pouvoir réagir avec sensibilité. Comme toute chose, l’IE demande de la pratique.

Pour apprendre l’intelligence émotionnelle, commencez par remarquer quand vous êtes affecté par quelque chose ou quand vous ressentez une émotion envahissante, comme la colère. Ensuite, soyez curieux. Prêtez attention à ce qui se passe dans votre corps… Votre mâchoire est peut-être serrée et votre cœur se met à battre la chamade. Arrêtez-vous et prenez une pause pour prendre soin de votre santé. Respirez, passez de l’eau sur votre visage, allez vous promener ou pratiquez une activité qui vous calme jusqu’à ce que vous vous sentiez calme et détendu.

Si vous faites cela, vous montrez à vos enfants comment gérer des émotions inconfortables.

Veillez à ce que vos enfants apprennent.

Le cortex préfrontal du cerveau, responsable de la concentration de l’attention, de la reconnaissance des conséquences de quatre actions, de la logique et d’autres fonctions essentielles, ne se développe pas complètement avant l’âge de l’adolescence. Cela ne signifie pas que vous ne devez pas fixer de limites et encourager les comportements positifs. C’est juste que les compétences de votre enfant sont encore en développement et qu’il fera des erreurs. Après tout, ce sont des enfants.

Si votre enfant ressent une émotion trop forte, comme la colère, il est incapable de réfléchir correctement. Ce n’est pas le moment d’essayer de lui enseigner une leçon importante. Une fois que vous aurez réussi à gérer vos propres émotions, vous pourrez aider votre enfant à se détendre. Plus tard, lorsque vous serez dans un endroit calme, vous pourrez discuter du problème ensemble.

3. Parlez à votre enfant en adoptant un langage corporel et un ton doux.

Lorsque vous et votre enfant êtes en paix, vous pouvez discuter du problème. Le ton de votre voix et votre langage corporel sont tout aussi importants que les mots que vous prononcez. Vos mots n’auront pas beaucoup d’impact si vous utilisez un ton agressif, ou si votre visage est gonflé par la colère, et que vous faites un geste vers la poitrine de votre enfant. N’oubliez pas que l’objectif est de rester en contact avec votre enfant. En l’écoutant, vous pouvez découvrir les causes profondes du comportement de votre enfant.

Se défaire de l’habitude de la fessée est un défi. Il exige beaucoup de maîtrise de soi et vous risquez de vous tromper, mais persévérez et faites de votre mieux. Vous êtes en train de recâbler votre cerveau, ce qui demande du temps et de l’énergie. À un moment donné, vous vous rendrez compte qu’il y a longtemps que vous n’avez pas fait de mal à votre enfant. Vous remarquerez que votre enfant commence à contrôler sa colère d’une manière saine au lieu de crier. Le mieux, c’est que votre enfant vous écoutera, sans que vous ayez à crier ou à le frapper.

Ruth Nchekei, fondatrice : High on Coffee Mum

La pratique consistant à gifler les enfants est une zone grise complète. Premièrement. Quel sens cela aurait-il de mettre la main sur quelqu’un ou même sur votre enfant. Je sais ce que vous pensez : “Ce n’est que cinq tapes sur le dos de mon fils”. Pour votre enfant, ce n’est pas seulement cinq coups. Pour eux, c’est un tout autre niveau de déni. L’acte de gifler les enfants établit un modèle injuste et nuisible pour les générations à venir. Pensez-y. Si vous étiez enfant et que vous étiez giflé, vous feriez la même chose à vos propres enfants.

Les enfants qui ont été maltraités par la fessée deviennent des adultes qui croient qu’ils peuvent obtenir ce qu’ils veulent des autres en leur faisant du mal. C’est aussi un manque de professionnalisme. Comment pouvez-vous apprendre à votre enfant à se respecter et à avoir confiance en lui si la personne en qui il a confiance ne le respecte pas ? Les parents qui punissent leurs enfants créent chez eux une image négative d’eux-mêmes qui leur posera problème à l’âge adulte. Quand j’étais jeune, j’ai été giflé parce que je n’arrivais pas à avoir des notes supérieures à la moyenne. Encore aujourd’hui, je veux l’approbation de mon père.

Je ne suis satisfaite de mes réalisations que si mon père me dit “Bravo, Ruth”. Et oui, j’ai ce sentiment d’inadéquation lorsque je vais au travail. L’absence de validation de la part de mon père me pousse à m’efforcer de faire de mon mieux pour plaire à mon patron. Heureusement, je suis consciente des luttes intérieures que je vis à cause de la gifle. Je décide donc de ne pas punir mon enfant. Je pense que la fessée peut faire d’un parent le centre d’attention, ce qui ne devrait pas être le cas. La discipline ne devrait pas vous concerner, ni être centrée sur l’enfant. Elle devrait être axée sur le problème. Si vous donnez une gifle à votre enfant, il décidera de se comporter d’une manière appropriée pour vous protéger, vous et vos émotions inexplicables. Il finira son travail au bon moment, juste pour vous faire plaisir. Si un enfant commence à prendre en charge les sentiments de ses parents, c’est nuisible. Les effets de la fessée sont toxiques ; par conséquent, nous ne vous remercierons pas.

Kristen Von Foxx : The Shamanatrix : Guérison chamanique et outils d’autonomisation

En tant que thérapeute dominatrice ( et en tant qu’enfant qui a été giflé avec une spatule quand il était petit), j’ai vu personnellement ce qui se passe quand les gens n’ont pas la capacité de comprendre l’impact des gifles qu’ils ont reçues dans leur enfance. En conséquence, les adultes le prennent comme un fétiche. Nous avons vu les mêmes “habitués des donjons” qui viennent chaque semaine pour recevoir des claques sur les genoux et des réprimandes.

Lire aussi :   Comment aider les enfants à faire face à leur première soirée pyjama chez des amis ?

Beaucoup de ces hommes de la communauté juive hassidique (qui sont sexuellement réprimés) sont prêts à s’épancher sur les fessées les plus mémorables de leur enfance, qui sont restées gravées dans leur mémoire. Ils me racontaient leurs histoires et les moments précis où ils avaient été réprimandés d’une main ferme. Ils essayaient de donner un sens à ces expériences.

Mon patron plaisantait en disant que, lorsqu’ils étaient obligés d’expier leurs péchés, ils recevaient une fessée. En tant que psychothérapeute dominatrice et guérisseuse chamanique, j’ai observé que mes clients rêvent de fantasmes lorsqu’ils sentent qu’une partie de leur pouvoir n’est pas là, qu’elle leur ait été retirée ou rendue disponible. Je me demande ce que ressentiraient les parents qui donnent des fessées à leurs enfants s’ils réalisaient à quel point la fessée peut affecter la psyché mentale de l’enfant et les conséquences que cela peut avoir sur leur vie d’adulte et même sur leurs obsessions sexuelles.

Mme Amy Duncan, fondatrice et auteur : KindMommy.com

Je pense que le débat sur la question de savoir s’il est acceptable ou non de discipliner son enfant avec une fessée a été une source de discorde pour le public. D’un côté, il semble que ce soit la seule méthode pour inculquer une certaine discipline à un enfant. D’autre part, elle peut causer du tort à votre enfant et l’inciter à se détourner de vous lorsqu’il commence à vous considérer comme une menace et une autorité de manière négative.
La raison pour laquelle je suis contre la fessée est que les effets négatifs qu’elle entraîne sont plus graves que les avantages qu’elle procure. La fessée peut être une normalisation de la violence et c’est quelque chose que nous ne devrions pas enseigner à nos enfants en bas âge. Elle provoque également un traumatisme émotionnel et un stress chez vos enfants. Elle est également connue pour déclencher des résultats négatifs chez votre enfant. Votre enfant commencera également à croire que vous êtes une figure d’autorité et il sera peut-être mal à l’aise de partager avec vous des choses qui le dérangent, car il ne peut pas prévoir ce qui va se passer ensuite, ce qui pourrait entraîner une punition sous forme de fessée, et il pourrait donc faire de mauvais choix dans sa propre vie.

En outre, si vous donnez une fessée à votre enfant, vous ne lui enseignez pas les deux leçons les plus importantes qui accompagnent la croissance : la discipline et la punition. Les enfants ont tendance à utiliser des astuces pour éviter les conséquences. Vous ne voulez pas que votre enfant prenne des décisions dans la peur, mais qu’il soit guidé par la moralité. Si vous êtes en mesure de donner une fessée à votre enfant, il risque de ne pas comprendre la gravité réelle des conséquences de ses actes. Cela revient à protéger votre enfant de la manière la plus fausse qui soit. Il n’apprend pas grand-chose et peut être influencé négativement de nombreuses manières.

Barbara Nevers, fondatrice et directrice générale : NeoLittle

Dans certains pays, la fessée est une méthode pour discipliner les enfants, mais les experts s’opposent à cette pratique. Les experts estiment qu’il est prouvé qu’elle cause plus de mal que de bien. En tant que mère de deux enfants, même dans les moments où je suis épuisée et que cela affecte mes enfants, cela ne m’a pas traversé l’esprit.

Voici trois raisons pour lesquelles il n’est pas approprié de donner une fessée à votre enfant

  1. Elle peut entraîner de l’agressivité. Certaines études montrent que les enfants qui reçoivent une fessée deviennent agressifs envers d’autres enfants et ont des problèmes à l’école, par exemple. Cela pourrait également suggérer que la violence est la solution au problème, ce qui n’est pas ce que nous voulons leur apprendre.
  2. Cela peut nuire à votre relation avec eux. Si vous souhaitez que vos enfants ne vous détestent pas, ne leur faites rien. Les enfants ne feront jamais confiance à une personne qui leur fait du mal. Ils pourraient aussi faire la même chose à leurs enfants.
  3. Cela peut nuire à l’estime de soi. Les effets de la gifle peuvent nuire aux enfants physiquement, mais aussi psychologiquement. Elle peut provoquer des maladies mentales, la dépression et l’anxiété. Les enfants doivent nous considérer comme leurs parents, leurs tuteurs, qui sont là pour les protéger, les soutenir et prendre soin d’eux. Nous ne devrions pas être considérés comme des personnes chargées de trouver leurs erreurs et de les punir.

Alessandra Kessler, coach de santé holistique certifiée : Healthy Body Healthy Mind (corps sain, esprit sain )

Pensez-vous que c’est normal de punir votre enfant ?

Non. La fessée d’un enfant ne résout jamais un problème, et en tant que parents, vous pouvez parfois penser que ce n’est pas grave tant que vous forcez votre enfant à faire quelque chose ; il ne vous prête pas attention lorsque vous lui parlez, vous pouvez peut-être obtenir les résultats souhaités mais cela peut aussi avoir des conséquences négatives sur la santé mentale de votre enfant.

Vos parents vous ont-ils déjà donné une fessée ? et si oui, quel effet cela a-t-il eu sur votre vie ?

Quand j’étais enfant, ma mère me donnait des gifles. Cela a eu de nombreuses conséquences négatives sur moi. J’avais moins confiance en moi. Parfois, j’avais du mal à me concentrer sur mon travail et je commençais à me sentir déprimé et à avoir des pensées négatives. Les gifles sur mon visage ont également provoqué de la colère.

Je n’ai pas pu établir de meilleures relations avec mon père, car mon père était la personne que j’admirais ; cependant, dans mon enfance, je n’ai pas pu établir de meilleures relations avec mon père, car il me giflait.

Ma santé a été affectée et cela a affecté ma capacité à penser clairement. J’ai observé que mon comportement avec les autres et même avec mes amis se détériorait. J’ai commencé à avoir l’impression que personne ne me comprenait ou ne comprenait ce que je ressentais vraiment, ce qui a également affecté mon bien-être mental.

Dans un scénario idéal, les enfants devraient recevoir un enseignement sans avoir à être punis, car les enfants devraient être et s’attendre à être aimés par leurs parents de la même manière qu’ils s’y attendaient dans mon enfance ; cependant, le fait d’avoir reçu une fessée a rendu mon comportement plus dur.

Les dommages à long terme sont le prix que j’ai payé après avoir donné la fessée à notre enfant. L’acte de gifler ou tout autre dommage physique peut avoir un effet négatif durable car il a réduit mon efficacité globale.

Je me suis sentie séparée de mes parents parce que la fessée a créé une barrière entre nous. Je ne partageais pas mes pensées avec eux car j’avais peur d’être frappé par la fessée, et mon comportement s’est amélioré avec mes parents, ainsi qu’avec mes amis.

Les parents doivent-ils punir leurs enfants ?

Nous avons passé en revue les dernières recherches menées par des experts dans ce domaine. La question est la suivante : faut-il un jour donner une fessée à ses enfants ? Si vous pensez qu’une fessée est nécessaire, la question est alors de savoir comment discipliner les enfants sans leur causer de dommages émotionnels permanents.

Articles en relation :