Risques mortels de la grossesse au premier trimestre et comment les éviter

par | Août 28, 2022 | Grossesse | 0 commentaires

C’était un moment merveilleux de tomber amoureux et maintenant la meilleure nouvelle est là : vous êtes enceinte. C’est palpitant ! C’est la joie de créer la vie. Cependant, gardez la célébration courte, car les 40 semaines suivantes sont longues et doivent être traitées avec une extrême prudence. Lorsque vous êtes au premier trimestre (12 premières semaines), le fœtus en est aux premiers stades de son développement, et est par conséquent affligé de nombreux dangers mortels. Vous n’êtes pas certain de ces risques ? Lisez ce qui suit pour vous faire une idée de ces risques et de la manière de les atténuer.

Le risque de malformations congénitales

Une fois qu’un spermatozoïde a atteint les trompes de Fallope et féconde l’ovule, l’embryon qui se développe doit recevoir une alimentation adéquate dans l’utérus. Dans cette première étape, la nutrition du sperme est cruciale puisque la moelle épinière et la tête commencent à se former. La malformation congénitale la plus courante chez le fœtus est le spina-bifida.

Pour éviter cette malformation, il est essentiel de prendre 400 mg d’acide folique par jour. Vous devez également consommer beaucoup d’aliments riches en vitamine C, calcium, phosphore, acides aminés et autres graisses essentielles.

Saignements vaginaux et risque de fausse couche

Bien que l’on puisse observer des taches lorsque l’embryon fécondé s’implante sur la paroi de l’utérus (quelques jours après la fécondation), il est important de faire attention aux saignements excessifs pendant la grossesse. Dans de nombreux cas, des saignements excessifs peuvent être le signe d’une fausse couche, tandis que des douleurs intenses peuvent indiquer une grossesse extra-utérine.

Lire aussi :   Quels sont les critères à prendre en compte pour choisir une maison de naissance ?

Si vous remarquez des saignements importants ou des douleurs intenses dans le bas-ventre, il est recommandé de se rendre directement chez un médecin urgentiste pour un contrôle. Le sang sera examiné et des scanners seront effectués pour déterminer l’origine du problème et le traiter avant qu’il ne s’aggrave.

La grippe et le risque de surdité

Si vous avez une fièvre supérieure à 101 degrés F, il est essentiel de consulter immédiatement un médecin car cela peut entraîner de graves dangers pour le bébé. La température élevée est le signe que la mère souffre d’une infection qui peut affecter le développement du fœtus.

Si la fièvre est associée à des douleurs articulaires et à des éruptions cutanées, il est probable que vous souffriez de cytomégalovirus (CMV) ou de toxoplasme, ou encore de parvovirus. Si le cytomégalovirus n’est pas traité, le bébé court un risque élevé de développer une surdité peu après la naissance. Par conséquent, tout signe tel que des douleurs articulaires, des éruptions cutanées et de la fièvre doit être signalé rapidement à votre médecin.

Diabète gestationnel

Si la mère d’un enfant souffre de diabète au cours du premier trimestre, il est possible de courir le risque que le bébé développe des problèmes d’apprentissage, d’hypoglycémie, de macrosomie et de diabète de type 2. À ce stade, il est sage de se concentrer sur l’abaissement de la glycémie par un régime alimentaire et un exercice physique appropriés. Par exemple, vous pouvez pratiquer des exercices modérés, comme la marche quotidienne, et effectuer des tâches ménagères simples.

Lire aussi :   5 choses à savoir sur la sécurité et les bébés

Pour éviter que le diabète ne devienne un problème, il est également nécessaire de consulter votre médecin pour obtenir l’aide d’un expert. Par exemple, vous pouvez vous fixer des objectifs réalistes en matière de sucre sans affamer votre corps à un moment où votre bébé a besoin de beaucoup de nutriments.

Le risque de syndrome d’alcoolisme fœtal

Si vous buvez de l’alcool au cours du premier trimestre, vous risquez de souffrir du syndrome d’alcoolisme fœtal. Contrairement aux adultes qui ont un foie bien établi capable de traiter l’alcool et les toxines dès qu’ils pénètrent dans l’organisme, les organes des nourrissons sont encore à un stade précoce et sont fragiles. Par conséquent, si l’alcool atteint le fœtus, celui-ci peut subir des lésions de la moelle épinière.

Si vous envisagez de concevoir un enfant, il est recommandé de renoncer à l’alcool. En fait, vous devriez envisager de vous abstenir de boire de l’alcool pendant les trois mois précédant la conception. Ensuite, vous devriez rester sans alcool pendant la totalité des 40 semaines afin d’éviter des malformations congénitales inutiles.

Le moment où vous tombez enceinte est le début d’un processus plein de risques qui pourraient menacer votre vie et le bébé à naître. Ne négligez donc rien de ce qui vous semble inhabituel. Discutez-en avec votre médecin et faites-vous examiner régulièrement pour garantir le bon développement de votre bébé. Une grossesse saine, c’est un bébé indemne et heureux !

Ethel Houston est une rédactrice et chercheuse indépendante ainsi qu’une consultante en entreprise. Elle est spécialisée dans l’entrepreneuriat, la santé et la technologie, ainsi que dans les tendances des médias sociaux.

Articles en relation :